KARINE BRARD-GUILLET

Apprendre une langue en participant à un échange professionnel, une belle opportunité signée Pro Tandem

Madame Brard-Guillet, pouvez-vous vous présenter en quelques lignes, ainsi que le projet Pro Tandem ?


Issue de la Promotion Louise Weiss 2014-16, je suis titulaire du Master Européen de Gouvernance et d’Administration (MEGA), un diplôme intégré de l’Université franco-allemande, commun des quatre universités partenaires (Université de Potsdam, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Humboldt-Universität zu Berlin et Université allemande des sciences administratives de Spire.


Diplômée en Langues étrangères appliquées (anglais et allemand) de l’Université Paris IV Sorbonne, à chaque étape de ma carrière, je me suis préoccupée de les pratiquer, en m’intéressant aux aspects européens et franco-allemands de mon périmètre d’intervention. Après 24 ans de carrière dans les ministères sociaux, je suis pour quatre ans en poste à Sarrebruck, sur un contrat du Ministère de l’Europe et des affaires étrangères et j’encourage tous les lecteurs de Polyglot à rechercher une mobilité à l’étranger, notamment pour pratiquer les langues.


À la Direction de l’Action sociale, j’ai suivi les travaux du Conseil de l’Europe. Pour le Secrétariat général du Conseil National des Missions Locales (CNML), au titre du groupe Europe international du CNML dont je fédérais les initiatives européennes et internationales, je suis nommée au Conseil d’orientation de l’OFAJ (avec de 2009 à 2014, deux mandats en position de co-présidente) et au Conseil d’administration de l’OFQJ pendant 10 ans. Pour exercer mes deux mandats, de 2010 à 2012, j’ai suivi le cycle extensif Allemand professionnel de l’Institut de la Gestion publique et de l’Administration (IGPDE).


Les fonctions de Déléguée française au sein de l’agence franco-allemande ProTandem me permettent de me consacrer à 100% sur mon sujet d’expertise, le recours aux programmes de mobilité transnationale au bénéfice des jeunes qui en sont éloignés. Mon parcours professionnel et ma pratique de l’allemand m’ont permis de donner un nouvel élan au programme franco-allemand d’échange dans l’enseignement et la formation professionnels. Le projet de ProTandem est de permettre à tout jeune apprenti(e) ou élèves, en formation initiale, quel que soit leur métier, de réaliser en immersion un stage professionnel de deux fois deux semaines, en binôme franco-allemand.



Les connaissances linguistiques ne sont pas un prérequis pour participer aux échanges Pro Tandem. Concrètement, comment cela se passe-t-il pour les jeunes participant au programme, une fois dans l'entreprise de l'autre pays ? Sont-ils accompagnés pour apprendre la langue en même temps que leur métier ?


Aujourd’hui, l’agence peut accompagner et financer un projet de mobilité de l’idée à sa réalisation pour les jeunes professionnels en formation initiale dans plus de 50 métiers, quelle que soit la situation sanitaire et sans que ces derniers ni leurs professeurs ou formateurs ne pratiquent la langue du partenaire.


Les apprentis et les élèves ont le droit de découvrir le monde. Pour cela, ils ont le droit à être bien accompagné. De fait, ils bénéficient de nos mesures de soutien linguistique en stage. Les jeunes sont accueillis dans le pays partenaire et commencent par une préparation professionnelle, linguistique et culturelle où ils découvrent avec leur binôme, selon l’approche pédagogique « tandem », la boîte à outils et les codes dont ils auront besoin pour leur stage en entreprise. Ensuite, en situation professionnelle, les barrières à la mobilité disparaissent, car on fait le pari que le geste professionnel prime.

Si un jeune a besoin d’appui, le premier réflexe est de s’appuyer sur son partenaire tandem, sur le formateur de son établissement ou sur l’accompagnateur linguistique que nous mettons à disposition des établissements d’enseignement et de formation professionnels pendant toute la durée de leur mobilité. Pour découvrir le monde, les apprenti(e)s et élèves ont le droit à une mobilité sécurisée. Une expérience réussie donnant lieu à une certification de leurs acquis, c’est la condition pour qu’ils s’ouvrent aux langues étrangères, deviennent possiblement de jeunes professionnels bien formés et possiblement de futurs polyglottes.


Que dites-vous aux jeunes qui souhaitent participer mais qui n'"osent pas" à cause d'une barrière linguistique ?


Je les encouragerai à rechercher un témoignage de leurs pairs, ayant déjà réalisé une mobilité, que ce soit dans leur profession ou pas, car les obstacles ne sont pas professionnels. Par contre, pour rassurer les jeunes, il faut s’appuyer sur leurs savoir-faire et leur dire que c’est le socle de leur réussite. Le geste professionnel est là et le reste suivra. C’est aussi le rôle d’un grand réseau autour de la mobilité des jeunes que de les rassurer. En 42 ans d’existence du réseau et sur la base des 109 000 jeunes et formateurs qui en ont bénéficié, nous disposons de nombreux beaux témoignages. Je pense à celui de Jules qui a participé en novembre dernier à la 8ème Journée Franco-Allemande de la Formation Professionnelle et de l'Apprentissage. Pour avoir un aperçu de ces expériences acquises par les jeunes, je propose à vos lecteurs d’écouter le replay de la table-ronde des jeunes https://youtu.be/or7c4xRx5gM (à partir de la minute 49)


Donner aux jeunes les moyens d’avoir envie de partir en mobilité fait partie de notre accompagnement pédagogique. Voici quelques arguments pour nos référents mobilité en établissement :


La mobilité ProTandem est une mobilité où une partie les jeunes partent et partagent la première semaine de cours Tandem ensemble. Tout ce qui ferait obstacle à la réalisation d’une expérience professionnelle réussie et certifiée est pris en compte. En plus de leur stage de deux semaines en entreprise, en tandem franco-allemand, les jeunes français et allemands participent sur place des activités culturelles et sportives : un esprit de solidarité et d’entraide naît aussitôt entre eux !


Tout nouveau depuis septembre, ProTandem promeut le modèle d’échange hybride. En ce qu’il permet de faire face à toutes les situations sanitaires et grâce à son module numérique, il répond aux attentes des jeunes. Ils sont mis en situation de rencontrer leur partenaire « tandem » à distance. Ils  préparent l‘échange physique, grâce à des acquisitions linguistiques et professionnelles en amont de la mobilité. En général, les barrières tombent une à une, lorsque les jeunes sont tout simplement acteurs de leur projet d’échange.


Et côté entreprises : voyez-vous une évolution concernant l'ouverture des entreprises situées des 2 côtés du Rhin vers des profils de l'autre pays ? Sont-elles parfois réticentes à accueillir les profils ne disposant pas du bagage linguistique nécessaire ? Comment les convaincre ?


Les entreprises des deux côtés du Rhin et surtout celles ayant des activités dans les bassins de vie transfrontalières ne sont plus à convaincre. Elles ont des marchés et des clients, des carnets de commande et des perspectives de développement. En concurrence, elles cherchent à attirer de jeunes talents ou à les fidéliser pendant le déroulement d’un apprentissage.


Il doit être expliqué aux entreprises qu’elles font partie du grand réseau de facilitateurs de la mobilité professionnelle. Très concrètement, dès que l’idée d’un projet de mobilité naît dans un établissement d’enseignement et de formations professionnels, le réseau d’entreprise doit être mobilisé. D’ailleurs, ProTandem délivre une attestation de mobilité au jeune participant, à son établissement et à son entreprise. Les entreprises ont une démarche rationnelle et elles comprennent qu’elles vont aussi y gagner.


La mobilité est une mesure de ressources humaines, qui permet à de jeunes professionnels de se qualifier et c’est une mesure qui est complètement financée par le budget attribué à ProTandem par ses financeurs publics, que sont les ministères de l’éducation des deux pays, et les ministères français chargés des affaires étrangères et du travail.


Dans le contexte de tension, voire de pénurie de main d’œuvre qualifiée, où certaines branches peinent à s’attirer durablement de jeunes talents, les expériences réalisées à l’étranger, sur la base d’une expérience en immersion avec une mobilisation linguistique adaptée à la profession sont prisées.


Une expérience de mobilité, c’est un révélateur d’aptitudes beaucoup plus grandes que le seul renforcement linguistique. Les jeunes professionnels qui retournent dans leur entreprise font preuve de plus de maturité, d’adaptabilité, car ils ont réussi à trouver leur place au sein d’équipes binationales. S’ils ne maîtrisent pas la langue, ils ont déjà compris les différences et les points communs de la pratique professionnelle dans les 2 pays, et ont souvent pris goût à la culture de l’autre. Sur un CV, c’est pour un recruteur un signal d’une ouverture d’esprit, il comprend que les renforcements linguistiques que pourraient souhaiter l’entreprise pourraient être un objectif de formation continue du salarié.


Il y a plus de 50 métiers présents. Le programme franco-allemand est flexible, on peut ajouter ceux de vos lecteurs. Tout type d’entreprise est concerné, de la grande multinationale, en passant par le Mittelstand allemand jusqu’à des entreprises artisanales. On n’attend pas d’un garagiste, la même maîtrise de la langue qu’un commercial d’une entreprise…


Au bout de 42 ans d’expérience, ProTandem peut compter sur de nouveaux leviers, car en France comme en Allemagne, dans les entreprises qui accueillent nos stagiaires, on trouve également des anciens bénéficiaires du programme franco-allemand. C’est l’effet #generationProTandem.


Avez-vous une ou 2 "best practices" à mettre en avant ? Des échanges qui ont particulièrement bien fonctionné dans le cadre d'un échange (une personne qui a été embauchée dans l'autre entreprise, etc.) ?


Les exemples de pratiques inspirantes sont nombreux. Nous travaillons en réseau avec tous les opérateurs de mobilité sur la valorisation. D’ailleurs, dans cette période compliquée par la pandémie, nous avons créé le prix franco-allemand « Avenir professionnel » avec la Chambre Franco-Allemande de Commerce et d’Industrie (CFACI) de Paris et l’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse (OFAJ) pour créer un retour d’expérience vers les entreprises, les établissements et les jeunes.  Pour plus de détail sur la création du prix, je propose à vos lecteurs d’écouter cette interview : https://euradio.fr/2021/11/12/monde-du-travail-en-pleine-pandemie-la-franc%cc%a7allemagne-met-a-lhonneur-lenseignement-professionnel-et-lalternance/

Parrainée par Mme Murielle Pénicaud, la première édition 2021 a été remise  à l’occasion de la  « la 8ème Journée Franco-Allemande de la Formation Professionnelle et de l'Apprentissage » le 9 novembre dernier avec l’OFAJ et la Chambre franco-allemande de commerce et d’industrie. Nous avons quatre « best practices » qui ont été reconnues :


-  pour son contenu écoresponsable, au titre de la continuité pédagogique, le prix « Apprentis ou classes » a récompensé le lycée Paul Poiret de Paris et la Modeschule de Berlin pour la réalisation d’une collection s’inscrivant dans la « slow fashion » basée sur le développement durable et l’écoconception.


-    pour la meilleure association de l’entreprise, le prix « Entreprise » a récompensé le CFA Polyvia Formation d’Alençon et le Centre de formation de BASF à Ludwigshafen pour leur projet « De la matière première à la réalisation de la matière plastique »


-   pour le projet pédagogique le plus innovant, le prix «  Établissements » a mis à l’honneur le CFA des métiers techniques du spectacle vivant et de l’audiovisuel de Bagnolet pour ses projets de mobilités et d’échanges avec le Förderverein für Theater und Veranstaltungstechnik de Berlin (FTVT), permettant à de jeunes apprentis français de faire un stage dans une entreprise du spectacle vivant en Allemagne et réciproquement pour de jeunes Allemands.


-    pour son projet innovant, avec un projet professionnel réalisé 100% à distance, le grand prix du jury a été remis au centre de formation continue GIP Forinval d’Amiens et le Campus des Métiers et des Qualifications de l’Académie de Lille pour leur projet de mobilité virtuelle en faveur de jeunes apprenants allemands et français, en partenariat avec le lycée hôtelier international de Lille et le Robert-Wetzlar-Berufskolleg de Bonn, pour sa démarche en matière de diversité, d’interculturalité et de projets internationaux.


Plus de détails sur ces différents projets sont à trouver sur les sites internet de la CFACI, de l’OFAJ et de ProTandem, car les titulaires bénéficient à la fois d’une dotation financière, d’un accompagnement et d’une campagne promotionnelle délivrés par les fondateurs. Sachant que d’autres réalisations sont en développement avec nos partenaires, une vidéo réalisée par deux jeunes bénéficiaires est téléchargeable à partir de notre chaine YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=MWGpV93RHbs